ActualitésAfriqueFranceItinéraireMayotteOcéan Indien

Voyager à Mayotte pour la première fois : Conseils et astuces

Mayotte appelée l’île Hippocampe fait partie de ces destinations méconnues et pourtant paradisiaques de l’océan Indien. On rêvait d’aller explorer ce joyau de France depuis un moment déjà. C’est chose faite en ce mois d’octobre 2019 lors d’un voyage de 8 jours sur l’île que l’on surnomme aussi l’île au Lagon (avec ses 160 km de barrière de corail) ou encore l’île aux Parfums (avec la culture de l’ylang-ylang). Tu vas vite comprendre pourquoi Mayotte mérite tant de surnoms dans ce nouvel article de notre blog voyage OneDayOneTravel. Un séjour de découverte de 8 jours entre Petite-Terre les 2 premiers jours et Grande-Terre les 6 jours suivants.

Ce voyage à Mayotte fait partie d’un voyage plus global dans l’océan indien au travers de la découverte de 3 des îles Vanille : Mayotte, L’île de la Réunion et l’île Maurice en 5 semaines. 3 îles de rêve aux caractères et aux paysages bien différents.

Au fait, nous c’est Franck et Richard. Nous sommes blogueurs voyageurs et explorons le monde en partageant nos récits inspirants, itinéraires, city guides, conseils pratiques et bons plans alternatifs avec vous depuis 2008 sur OneDayOneTravel. En savoir plus

Voyager à Mayotte pour la première fois : Conseils et astuces

Voici le plan de cet article de blog sur notre voyage à Mayotte

  1. Comment venir à Mayotte ?
  2. Comment circuler à Mayotte ?
  3. Question de la santé et de l’insécurité à Mayotte
  4. Quand voyager à Mayotte ? Quid de la météo
  5. Quoi faire à Mayotte côté mer ?
  6. Que visiter à Mayotte côté randonnée, culture et traditions ?
  7. Mayotte vue du ciel
  8. Où manger à Mayotte ?
  9. Où dormir à Mayotte ?

À quoi ressemble Mayotte ? Réponse en vidéo !

Un voyage à Mayotte à retrouver dans cette série de 4 épisodes : Playlist Mayotte.

Comme tu le vois, on a vraiment été conquis par Mayotte entre ses beautés naturelles, le mont Choungui, un sublime lagon préservé, des traditions et des belles rencontres. Tous les ingrédients sont réunis pour un inoubliable voyage de rêve !

Suis-nous sur YouTube

Mais partir en voyage à Mayotte est un voyage qui se prépare. D’où cet article. Encore hors des sentiers touristiques habituels, le territoire ne possède pas de grandes infrastructures touristiques et n’est pas forcément sûr partout à cause des vagues de migration clandestines successives en provenance d’autres îles des Comores. Réserver ses nuits est donc indispensable. Mayotte est une destination peu fréquentée avec seulement 56 300 touristes en 2018. Faire le point sur la situation sur place avant de partir est conseillé et prendre connaissance des comportements à adopter aussi pour éviter tout problème.

Tu peux aussi contacter l’office de tourisme de Mayotte. On te glisse quelques conseils à ce sujet et sur d’autres dans cet article.

Côté Mer, le 101e département français possède l’un des plus grands lagons au monde. Ses 160 km de barrière de corail abritent de multiples espèces de poissons multicolores, tortues, raies, baleines, dauphins et même une dizaine de dugongs dans un immense parc marin protégé aux eaux turquoises et translucides.

Pas forcément besoin de plonger en bouteille pour se faire plaisir et explorer les splendides fonds marins de Mayotte. Un masque et un tuba suffisent ! Les tombants, où la vie sous-marine foisonne, sont vraiment incroyables et souvent facilement accessibles depuis le littoral. On peut aussi partir en expédition à la journée en bateau à la découverte de ce confetti de France et de ses îlots de rêve au sable blanc. C’est ce qu’on a fait !

Côté Terre, Mayotte possède des spots incontournables à explorer en mode randonnée comme le mont Choungui qui domine Grande-Terre et dont nous avons atteint le sommet au lever du soleil ou encore le lac Dziani sur Petite-Terre dont il est très agréable de faire le tour. Et ce n’est pas tout bien sûr !

Visiter Mayotte, c’est aussi partir à la rencontre de ses habitants. Contrairement aux populations l’Indonésie et des Bahamas que l’on connait bien, les mahorais ne s’ouvrent pas si facilement aux inconnus. Peu habitués aux touristes, il est de bon ton d’échanger avec eux avant de les prendre en photo par exemple. Par contre, une fois que le courant est passé, on passe de très bons moments avec eux.

La singularité de Mayotte est que la culture et les traditions mahoraises sont à la confluence de l’Afrique et de Madagascar et qu’elles persistent. La religion prédominante est la religion musulmane. Il suffit de se rendre dans le village de Sada dans le centre de Grande-Terre pour s’en rendre compte.

1. Comment venir à Mayotte ?

La compagnie aérienne Air Austral assure une liaison quotidienne entre Mayotte et Paris Charles-De-Gaulle soit avec une escale à Saint-Denis de La Réunion soit en vol direct en 9h45.

En classe économique, les moyennes de prix pour un AR Paris-Mayotte relevées sur les comparateurs de vols annoncent :

  • Bon prix : 726 €
  • prix exceptionnel : 556 €
  • Prix moyen : 950 €

Lis aussi notre article de blog où on te donne nos meilleures astuces pour trouver son billet d’avion au juste prix sur internet.

Sache que la compagnie aérienne Air Austral propose 3 classes pour voyager à bord de sa flotte : La classe Loisirs – Économie, la classe Confort – Économie Premium et la classe Club Austral – Affaires.

Nous avons eu la chance de voler en classe Affaires entre Paris et Mayotte à l’aller. Un vol exceptionnel et très agréable avec un service Première classe aussi bien question nourriture que question confort. C’est bien simple, en vol de nuit, le siège se transforme en lit. On a dormi tous les deux comme si on était à la maison. J’ai (Franck) même failli rater le petit-déjeuner avant d’atterrir. C’est pour dire ! Et si les kilos dans tes bagages te posent toujours un problème, en voyageant en classe Affaires, Air Austral va te ravir avec la possibilité d’avoir sur ce vol au maximum 40 kg en soute.

Après notre séjour à Mayotte, nous avons poursuivi notre voyage sur l’île de la Réunion. Le vol entre Mayotte et la Réunion dure en moyenne 2h10 en Boeing 737-800 avec le droit d’emporter 25 kg dans sa valise en soute si tu voyages en classe Loisirs et 40 kg si tu optes pour la classe Confort. Pour le bagage en cabine, il est de 10 kg comme sur tous les vols qu’on a pris de la compagnie Air Austral pendant ce voyage.

En classe économique, les moyennes de prix pour un AR Mayotte-La Réunion relevées sur les comparateurs de vols annoncent :

  • Bon prix : 326 €
  • Prix exceptionnel : 310 €
  • Prix moyen : 428 €

Tarifs des vols sur le site d’Air Austral

Offres spéciales sur les vols AirAustral

Tous nos conseils pour venir et circuler sur les îles Vanille

2. Comment circuler à Mayotte ?

C’est facile. Il suffit d’avoir ses papiers habituels : passeport et permis de conduire national et c’est tout. Pour louer une voiture à Mayotte, nous sommes passés par l’agence en ligne de location de voiture pas chère BSP Auto. D’ailleurs, ce voyage a été couplé à la visite de l’île de La Réunion et d’un séjour sur l’île Maurice. Nous sommes passés par ce comparateur sur les 3 îles. 3 expériences différentes.

Ici, à Mayotte, le comparateur BSP Auto a choisi l’agence Europcar dont le petit local se situe au niveau du parking qu’on atteint directement en sortant du hall d’arrivée. Pas de perte de temps, ça c’est top et en plus on est reçu avec le sourire. On se sent déjà les bienvenus sur l’île. Ça fait plaisir. On nous propose une Clio blanche climatisée, toute propre et avec très peu de kilomètres. La voiture pratique et passe-partout comme on voulait pour visiter Mayotte. On fait le tour du véhicule. Tout est correct et le plein est fait en plus. À nous les routes de Mayotte !

Loue ta voiture sur le site de BSP Auto

Tous nos conseils pour venir et circuler sur les îles Vanille

3. Question de la santé et de l’insécurité à Mayotte

3.1. Santé à Mayotte

Être à jour de tous ses vaccins dont l’Hépatite A. On ne parle de l’Hépatite B et de la Thyphoïde que pour des séjours de longue période, voyages à répétition vers la destination ou voyageurs allant vivre dans des conditions précaires. Côté paludisme, le niveau est bas à Mayotte.

Plus d’informations sur le site de l’Institut Pasteur. Et n’hésite pas à faire le point avec ton médecin traitant avant de partir.

On te recommande aussi de lire aussi ces articles :

3.2. L’insécurité à Mayotte

Difficilement chiffrable, la population de l’île est estimée à 300 000 personnes mais le chiffre sur le terrain aurait largement été dépassé. Impossible de procéder à un recensement sérieux de la population de Mayotte dans ces conditions. La vie sur l’île est encore peu développée et la majorité des habitants vivent dans des maisons en tôle voire dans des bidonvilles comme à Mamoudzou.

Mayotte est-elle une destination à risques ?

La réponse est oui pour vos affaires notamment à cause des migrants clandestins qui, complètement démunis, débarquent tout au long de l’année par la mer sur Grande-Terre principalement à la recherche d’un monde meilleur. Ce qui fait que l’insécurité est plus marquée ici qu’ailleurs. Certains migrants trouvent refuge en pleine forêt dans l’intérieur de l’île. Ce sont des cas isolés. On a pu effectivement voir démarrer des feux ici et là dans la forêt au petit matin depuis le sommet du mont Choungui. D’autres se mêlent et s’intègrent facilement à la population.

La gestion des infrastructures et des services est un énorme problème à Mayotte. Il ne faut pas oublier aussi que l’archipel est devenu le 101e département français qu’en 2011 et qu’on ne peut pas faire évoluer un territoire entier en si peu d’années. Côté éducation, il faudrait construire 1 école par jour pour s’en sortir. Même si on voit de nouveaux établissements pousser sur l’île, ils ne solutionneront pas tout malheureusement.

La gestion des déchets est aussi très mauvaise sur Mayotte avec la présence de décharges à ciel ouvert un peu partout. Le service de ramassage existe mais n’est pas assez développé. Cette situation est malheureusement courante dans le monde mais on ne pensait pas qu’on pouvait encore en être à ce point dans l’un de nos départements.

Un contraste saisissant lorsqu’on voit les trésors que les mahorais ont entre leurs mains. La situation est clairement difficile et l’amélioration du quotidien de la population prendra des dizaines d’années.

Mais ne soyons pas paranoïaques non plus. Nous ne nous sommes jamais retrouvés face à une situation à risques en 8 jours mais il faut juste être conscient que la délinquance et les vols à l’arraché des sacs sont monnaie courante sur l’île. Des précautions élémentaires peuvent facilement être prises afin d’éviter de vivre une mauvaise expérience.

Quelques recommandations sur place :

  • Loue une voiture passe-partout. Il est recommandé de ne pas condamner les portes du véhicule une fois garé pour éviter toute tentative d’effraction. Ne laisse rien à l’intérieur. Au moins, tu n’éveilleras la curiosité de personne.
  • Ne montre aucun signe extérieur de richesse (bijoux, montres, etc.). Les principaux hôtels de l’île possèdent tous des coffres. Laisses-y tes objets de valeur, argent et papiers dès ton arrivée. Le mieux est d’avoir uniquement des photocopies de tes documents avec toi et le minimum de monnaie lorsque tu pars en randonnée ou à la plage.
  • Toujours avoir un œil sur ses affaires personnelles sur les plages et ne jamais rester seul sur une plage.
  • Les sites naturels comme le mont Choungui sont plus visités en fin de semaine et donc plus sûrs.
  • Évite la capitale de Mayotte, Mamoudzou.
  • Évite de rouler la nuit.

Enfin, n’hésite pas à aller faire un tour sur les sites et réseaux sociaux de :

4. Quand voyager à Mayotte ?

À l’heure où nous écrivons ce billet de blog sur Mayotte début décembre 2019, Mayotte est en alerte rouge face au passage du cyclone Belna. Heureusement, plus de peur que de mal car sa trajectoire a fini par changer pour épargner l’île au lagon. Décembre est donc un mois qu’on ne vous recommande pas tout comme janvier, février, mars et avril où le risque de pluies tropicales et de cyclones est maximal (même si ces derniers sont très rares). Sinon la meilleure saison pour visiter Mayotte pour la première fois est entre la mi-mai et octobre avec des températures qui avoisinent les 28 degrés en journée et une eau des plus claires. Novembre, c’est possible aussi mais il fera encore plus humide qu’en temps normal et donc difficilement supportable pour explorer l’île.

En octobre, il faisait chaud. Nous sommes arrivés le lendemain de l’une des rares pluies de la saison. Il pleut en moyenne seulement 4 jours en octobre. Du coup, l’atmosphère était très humide le premier jour et heureusement de moins en moins les jours qui ont suivi. En bord de mer, on respire de toute façon toujours mieux.

Sinon, pour voir les tortues à Mayotte, c’est toute l’année. Par contre, si tu souhaites maximiser tes chances de voir une baleine à bosse, mieux vaut privilégier de séjourner à Mayotte entre juillet et septembre.

5. Quoi faire à Mayotte côté mer ?

Nous voilà dans le chapitre carte postale de l’archipel de Mayotte entre un lagon de plus de 1500 km² aux eaux cristallines, des plages de rêve parfois secrètes et des bancs de sable comme on en rêve quand on part en vacances vers une destination de rêve et tropicale comme Mayotte.

Côté fonds marins, les eaux turquoises et translucides abritent de nombreuses espèces de poissons tropicaux mais aussi des dauphins, des tortues, des baleines à bosse et de rares dugongs. Un véritable aquarium naturel aux récifs colorés qu’on a exploré avec un masque et un tuba. En mode plongée, le spectacle est encore plus exceptionnel parait-il.

Peu de touristes = fonds préservés

La formule est simple et reflète totalement la réalité. Les mahorais dont la culture n’était pas tournée vers la mer évolue mais globalement ils ne sont pas à l’aise dans l’eau. Se baigner n’a jamais fait partie de leur culture en résumé. Du coup, les plages comme celles de Moya ou N’gouja, qui sont des lieux de reproduction des tortues marines, sont encore préservées car peu fréquentées au final.

5.1. Excursion d’1 journée en bateau dans le lagon de Mayotte

Pour profiter au maximum du lagon de Mayotte, il y a les plages facilement accessibles depuis la terre (lire paragraphe suivant) et puis il y a vivre Mayotte en excursion à la journée à bord d’un bateau pour profiter de joyaux inaccessibles autrement et de fonds marins à couper le souffle.

Le nombre de poissons, de coraux et de plantes aquatiques rencontrés en mode masque et tuba est incomparable avec ceux rencontrés à La Réunion ou à l’île Maurice. Mayotte abrite toujours un joli aquarium naturel comme on les aime. Ça fait plaisir. Dans la passe en S où la 1e activité se déroule, le snorkeling est juste magique.

Cette journée d’excursion avec Lagon Aventure est aussi l’occasion de partir à la rencontre des dauphins. Pour une fois, on a été très chanceux. Un spectacle qu’on n’oubliera jamais. Et dire que jusque là, on n’avait jamais vraiment eu de chance avec nos rencontres avec les dauphins. Sur ce coup là, ils nous ont gâté. Pour les baleines à bosse, il faudra revenir.

On jette ensuite l’ancre au sud de Grande-Terre sur un banc de sable perdu au milieu du lagon de Mayotte. En forme de raie, on l’appelle ici l’îlot de Sable Blanc. Pas une plante ni âme qui vive mis à part quelques bernard-l’ermites. Impossible de ne pas faire un bond quelques années en arrière sur la Naked island près de Siargao aux Philippines. Le temps est aussi bleu mais ici, la mer est beaucoup plus calme. On est arrivé pile poil au mieux de la marée sur l’îlot de rêve.

Puis vient le temps de faire du snorkeling avec quelques tortues avant de prendre la direction de la plage de Saziley.

Saziley est l’une des plus grandes plages du sud de Grande-Terre à Mayotte. Une plage de sable noir bordée notamment de baobabs centenaires aux pieds desquels les tortues viennent pondre. Un site insolite pour déjeuner ! Au menu, poulet ou poisson accompagné de riz.

On n’oublie pas le punch local en apéro.

T’es plutôt rhum planteur ou rhum coco ?

L’occasion d’échanger avec notre capitaine du jour, Donatien, qui connait merveilleusement bien son environnement et notamment le monde des tortues marines.

Après un petit moment de digestion bien mérité et une nouvelle sortie en masque et tuba, nous atteignons un site de mangroves.

On déambule quelques minutes au milieu d’un écosystème fragile qui représente le tiers du littoral de Mayotte et où au bout du parcours, des sourires nous tendent la main.

Vient l’heure de rejoindre notre point de départ sur Petite-Terre, le ponton de Dzaouzi qui se situe juste avant la barge. Possible d’embarquer aussi depuis Grande-Terre au port de plaisance de Mamoudzou tout proche là aussi du traversier.

Une expédition qui se passe en groupe de 12 personnes maximum et que l’on recommande à tout type de voyageur. Mieux si on sait nager mais pas obligé.

Pour plus d’informations et réserver ton excursion, contacte directement Donatien et son équipe sur le site de Lagon Aventure.

  • Les tarifs dépendent de la saison mais on nous a annoncé 75€/adulte et 50€/enfant pour la journée entière avec repas inclus.
  • Itinéraire personnalisable sur demande.

5.2. Kayak dans le lagon de Mayotte

Autre activité à ne pas rater en voyage à Mayotte : Découvrir le lagon en kayak. Et si on te dit en plus que l’objectif est d’accoster sur une île déserte avec plages paradisiaques à la clé, tu nous suis bien sûr. Le kayak est encore une activité ouverte à tous, à condition d’être en bonne forme physique quand même. Il faut compter 45 minutes à 1h de pagaie aller-retour donc pas beaucoup d’efforts à fournir pour atteindre le Paradis !

##Pour faire comme nous, c’est très simple, rends-toi en contrebas de l’hôtel Sakouli sur la plage de Bandrélé (lire paragraphe 9.2.3.) au sud-est de Grande-Terre. Après quelques dizaines de marches à descendre, tu te retrouves alors sur la plage. Marche ensuite à l’opposé de la baie les pieds sur le sable ou dans l’eau en fonction des marées. Arrête-toi au bar de l’hôtel O’lolo qui propose une base de loisirs.

La patronne au caractère bien trempé et si sympathique propose d’excellentes salades (de 6,30€ à 14,50€ suivant ta faim) pour déjeuner mais aussi la location de kayak pour 2 à 3 heures de fun pour 25€/personne. Le matériel est de bonne qualité et le gilet est bien sûr fourni tout comme le tonneau pour protéger tes affaires de l’eau.

6. Que visiter à Mayotte côté terre ?

Quand on parle de Mayotte côté terre, il faut savoir qu’on parle d’un archipel d’origine volcanique composé d’une trentaine d’îles. 374 km² de terres à explorer réparties principalement sur Petite-Terre et Grande-Terre. Et les deux proposent leurs lots d’excursions et de randonnées.

6.1. Visiter Petite-Terre côté terre (et ses plages)

Afin de se familiariser avec l’île de Petite-Terre, on te conseille de démarrer ton séjour en faisant le tour du lac de Dziani. Le site naturel protégé est la résultante d’un ancien cratère de volcan.

Maintenant recouvert en partie d’un lac d’acide, la photo et le cadre sont sympa, mais pas la baignade malgré la couleur émeraude de l’eau. On en fait le tour en 1 heure en prenant son temps. Les plus rapides plieront la randonnée en 40 minutes. Tout dépend de la météo.

Si la chaleur est accablante comme pour nous, la randonnée peut s’avérer être très difficile car l’ombre est très rare. Prévois donc de prendre de la crème solaire, de l’eau et un chapeau. Tu pourras ainsi te laisser emporter à 100% par la beauté incroyable de ce dégradé de bleus entre le lac émeraude, le lagon turquoise et l’océan indien intense.

inon, il faut être curieux et savoir se perdre sur Petite-Terre. Et sans voiture, c’est galère. Fais comme nous et loue une voiture à l’aéroport de Mayotte (lire paragraphe 2.). Tu pourras ainsi te perdre facilement à Pamandzi, observer le coucher du soleil depuis le boulevard des Crabes avant de faire un tour vers Dzaouzi bâtie sur son éperon rocheux.

Bateaux de pêcheurs boulevard des Crabes au coucher du soleil (Petite-Terre – Mayotte)

D’ailleurs, c’est au bout de ce boulevard traversant la mer que partent les barges pour Grande-Terre toutes les ½ heures de 5h45 à 17h15 puis toutes les heures de 17h15 à 19h15.

Petite-Terre abrite les plages de Moya. 2 plages aux croissants parfaits se faisant dos car séparé d’un promontoire rocheux. L’occasion au passage d’observer pas mal de pailles-en-queue dans le ciel. Ces oiseaux typiques d’un blanc immaculé et à la longue queue aiment nicher dans les falaises. C’est pourquoi ils sont heureux sur la plage de Moya. On en a croisé aussi aux Bermudes et sur l‘île de La Réunion.

2 plages et 2 ambiances différentes en fonction de la marée aussi. À toi de choisir ta préférée. En tout cas, sache qu’on passe facilement de l’une à l’autre par une toute petite dune de sable. La première possède une vraie plage dans le sens où même à marée haute, une partie du sable reste sec. C’est pour ça que les tortues aiment pondre par ici. La deuxième est accessible uniquement à marée basse et à cause de la présente de mangrove sur la première partie.

Avis important question sécurité : Ne reste jamais seul sur une plage à Mayotte. Une plage déserte, c’est magnifique. On est tous d’accord. Mais à Mayotte, ça peut devenir dangereux. Donc, en résumé, viens en journée et ne quitte pas les lieux le dernier.

  • Bon à savoir : Pas de restauration, pas de buvette sur place. Aucun service. Prévoir de l’eau, encas, crème, serviette et chapeau !

6.2. Visiter Grande-Terre côté terre

6.2.1. Parcourir en voiture la route de Mamoudzou à Sada

Lorsqu’on quitte la tranquille Petite-Terre et qu’on accoste après 20 minutes de barge (gratuit dans ce sens) à l’est de Grande-Terre, à Mamoudzou, l’atmosphère change en un clin d’œil. C’est la foule des grands jours à l’arrivée. On a bien sûr embarqué la voiture de location à bord du traversier. On reprend notre route en quittant Mamoudzou en direction du sud par la N2 qui est d’abord une route du littoral. On nous a fortement déconseillé de nous arrêté à Mamoudzou pour cause d’insécurité. On écoute.

Au fil des kilomètres, c’est la situation de précarité dans laquelle vivent beaucoup de mahorais qui devient choquante. Et rappelons qu’ils sont français. La gestion des déchets est aussi un énorme problème pour Mayotte. Combien de machines à laver avons-nous vu au bord de la route ?

Une fois qu’on a compris dans quel environnement on évolue, on reprend vite la route du voyage et de la découverte. Les premiers virages s’enchaînent. Nous quittons la côte et pénétrons dans l’intérieur de l’île tropicale dont la flore est à la fois d’origine malgache et africaine. Caféiers, baobabs, badamiers, manguiers, ylang-ylangs, fromagers, arbres à pain, 1000 espèces recouvrent Mayotte.

On atteint alors la côte mais cette fois-ci du côté centre-ouest, à Manjagou. On poursuit la route du littoral en direction du sud jusqu’à Sada qui abrite la mosquée de Gnambobolé et son minaret tout blanc qui domine fièrement la ville côtière.

10 minutes plus tard, nous arrivons à notre hébergement, le Chissioua (lire paragraphe 9.2.1.)

6.2.2. Mayotte, une terre de culture et de traditions

Sur terre, la culture et les traditions mahoraises qui sont à la confluence de Madagascar et de l’Afrique persistent de nos jours. De quoi être bien dépaysé pendant son voyage à Mayotte.

On s’est fait invité chez une locale, Daou, dont le métier est d’être traiteur. Elle nous accueille aujourd’hui très gentiment dans sa demeure pour nous faire rencontrer la gastronomie mahoraise traditionnelle. On a pu déguster différents plats de la région aux saveurs des îles : Poulpes au safran ou au coco, babanes, riz, rougail d’aubergines, et piments en option. Et ici, on ne mange pas à table mais bien au niveau du sol. Très convivial.

Comme boisson, c’est bien sûr l’eau de coco qui est mise à l’honneur. Notre hôte nous montre avec passion comment couper une noix de coco. Elle maîtrise !

On te souhaite vraiment de vivre une expérience comme celle-ci. On en sort toujours avec quelque chose de fort et de bons souvenirs.

Pour manger local, n’hésite pas à t’arrêter en bord de route aux restaurants de rue lorsque tu vois un peu de monde. Une bonne occasion d’échanger avec des locaux. Nos autres adresses sont plus bas.

La beauté de la femme fait aussi partie de la singularité de la culture mahoraise. Couvertes de drapés et tenues très colorés aux motifs dont chacun délivre son propre message, les mahoraises se maquillent également. À chaque grande occasion, son masque. Une tradition qui se perpétue dans les villages de Mayotte comme à Bouéni.

6.2.3. Randonnée au mont Choungui

Même si le mont Choungui et ses 594 mètres d’altitude n’est pas le sommet le plus haut de Mayotte, partir en randonnée en haut de cette singularité de l’île au Lagon est une épreuve en soi.

  • Il faut compter entre 45 minutes et 1 heure pour atteindre son sommet du mont Choungui.

Une randonnée à retrouver en vidéo.

Suis-nous sur YouTube

On a décidé de gravir le mont Choungui de nuit pour profiter du plus beau spectacle que Mayotte puisse nous offrir à l’arrivée : un sublime lever de soleil à 360 degrés sur ses îles.

Le spectacle est effectivement superbe et les photos aussi et c’est tant mieux, résultats du fruit d’efforts non dissimulés LOL ! En effet, l’ascension du mont Choungui est physique. Une fois la voiture garée au petit parking aménagé en pleine forêt, on démarre le sentier de randonnée qui nous permet de déambuler tout en montant gentiment entre les arbres de la forêt tropicale. Puis, au bout de 15 minutes environ, la pente se renforce et l’ascension devient plus lente. On s’aide des branches et des lianes pour progresser. Pas de problème. Richard échappe au passage à la piqûre d’un scolopendre et sa douleur réputée atroce. Allez, plus de peur que de mal, on continue.

Nous entamons alors la 3ème phase de cette randonnée qui se corse carrément. Les racines deviennent des prises ainsi que les lianes et racines. L’impression d’avoir entamée une partie d’escalade. Le sol est sec, on est chanceux. Après de fortes pluies, ça doit être impraticable ! Après 20 minutes d’effort à s’agripper de liane en liane, la pente se redresse enfin. Le ciel se dégage. C’est le moment qu’on attendait tous. Il est 5h28. Le soleil se lève en haut du mont Choungui.

Mise en garde : Pour faire cette randonnée de nuit, il est utile de préciser que nous nous sommes faits accompagner par 2 agents de la Police intercommunale de l’Environnement de la CCSud, 1 membre du service Tourisme du CCSud de Mayotte et son mari habitué au site et bien costaud aussi. Le site présente en effet des risques de sécurité (vol de sac) car situé dans l’intérieur de l’île et en pleine forêt. Le conseil à retenir est plutôt de visiter ce site en journée et le week-end pour croiser davantage de monde et ainsi s’assurer au maximum.

  • Prévoir de transporter le strict minimum de choses dans votre sac-à-dos. Eau, encas, crème solaire, chapeau et trousse de premier secours habituelle suffiront.

6.2.4. Découvrir la culture de l’ylang-ylang

Ce nom de fleur originaire des Philippines et introduite en 1906 à Mayotte ne te dit peut-être pas grand chose mais l’ylang-ylang est pourtant surnommée « la fleur des fleurs ». Très utilisée en parfumerie notamment chez Chanel (le N°5) ou Guerlain, l’essence et le parfum de l’ylang-ylang sont enivrants.

Aux multiples vertus, cette fleur a beaucoup été cultivée jusqu’à atteindre les 100 hectares de plantation. On a produit jusque 40 tonnes d’huiles essentielles par an soit l’équivalent d’1,5 millions de fleurs. On comprend mieux pourquoi Mayotte est surnommée « l’île aux Parfums ». Aujourd’hui, la production est beaucoup plus confidentielle avec 100 hectares cultivés mais reste toujours de qualité.

Nous rencontrons aujourd’hui Hassani qui travaille la fleur d’ylang-ylang à Mayotte devant la mairie du village de Ouangani. Nous avons rendez-vous à cette occasion avec un groupe de touristes aussi curieux que nous de découvrir ce personnage et l’histoire de cette fleur dont tout le monde parle depuis que nous sommes à Mayotte. Une journée à revivre en vidéo.

Suis-nous sur YouTube

Nous commençons notre journée à déambuler dans le village pour rejoindre sa plantation. Aujourd’hui, le village est triste comme il dit. Ils ont perdu un de leur voisin. En montant dans les hauteurs, Hassani nous raconte l’utilité de telle ou telle plante tropicale, de tel ou tel arbre. On retiendra le brin de citronnelle et sa fraîcheur poussant négligemment en bord de route. Trêve de plaisanterie, tout ça pour dire qu’à Mayotte, on peut manger et se soigner encore plus qu’ailleurs grâce aux plantes qui nous entourent.

Nous atteignons alors le terrain d’Hassani et ses plantations d’ylang-ylangs. La cueillette qui se fait 1 fois par semaine a déjà été faite très tôt ce matin donc les fleurs sont rares sur les pieds mais on arrive quand même à en trouver quelques unes. Et ça sent déjà très bon !

Notre ami nous emmène jusque dans son atelier, un atelier dont le sol est recouvert entièrement des fleurs cueillies le matin même. On s’installe. Il nous explique sa passion héréditaire pour l’ylang-ylang et l’évolution de son métier pour arriver aujourd’hui à proposer une production moindre avec des produits de qualité supérieure sur place et sur son site internet AROmaore. Aujourd’hui, 4 personnes travaillent avec Hassani directement et sa filière donne du travail à 10 personnes au total. Une belle réussite professionnelle lorsqu’on sait que produire de l’essence florale d’ylang-ylank coûte 30 fois plus cher qu’à Madagascar.

Les fleurs sont cueillies manuellement et ramassées dans des paniers traditionnels en palme de cocotier avec un pic de cueillette en juillet et en août. On nous apprend ce matin à confectionner un panier traditionnel. La technique n’est pas difficile mais il faudrait plus d’entraînement pour y arriver parfaitement. En tout cas, Hassani a été très bon professeur.

Après de nombreuses explications sur la plante, les fleurs et le processus de distillation, arrive le moment où nous devons mettre toutes ces fleurs en concoction. 50 kg de fleurs (1 kg = 800 fleurs) sont nécessaires pour obtenir 1 L d’essence florale. Il faudra attendre 24 h pour recueillir l’ensemble de l’essence de cette fournée. En attendant, Hassani et ses amis vont se relayer pour entretenir le feu.

Des jeunes lycéennes du proche entourage d’Hassani nous rejoignent alors et entament des chants traditionnels mahorais. Un pur moment d’émotions comme on les aime en voyage.

Un petit tour dans l’exploitation (explications sur la production de sa vanille, rencontre improbable avec des zébus dont l’espèce est voisine avec les vaches du pays de Montbéliard) de notre ami et voilà que sa famille nous a pendant ce temps là dressé une table au milieu de la plantation et préparé le déjeuner. Au menu, repas traditionnel en extérieur avec poulet, poisson et riz. Une préparation locale comme les mahorais savent le faire. On a adoré ce moment de convivialité entre voyageurs et locaux.

Hassani nous fait sentir le produit fini dans de petits flacons. Une odeur puissante remonte en 1 seconde nos conduits nasaux. Pas de doute, c’est du concentré. Heureusement, Hassani vend des flacons bien dosés et des dérivés qu’il qualifie de qualité et on veut bien le croire. Le groupe très avide apparemment des vertus calmantes et relaxantes de cette « fleur des fleurs » enchaîne les achats qui feront la bonne journée de notre ami Hassani.

Bilan de la journée : Une belle expérience authentique avec de belles rencontres et la prise de conscience d’un savoir-faire qui sent bon à perdurer. On recommande l’immersion.

Pour en savoir plus sur cette journée, consulte le site d’AROmaore.

6.2.5. Les plages de Grande-Terre

C’est certainement la plage N’gouja qui est la plus paradisiaque de Mayotte. Comme évoqué dans le paragraphe 9.2., le site est aussi un lieu de ponte de tortues à respecter. On peut aussi y rencontrer des lémuriens très joueurs, les makis. En résumé, entre 2 nages avec des tortues, la détente est de mise sur la plage N’gouja à l’ombre d’un cocotier. Attention aux noix de coco quand même LOL

La seconde plage que nous ayons fréquentée est la plage du Sakouli ou plage de Bandrélé. Plage uniquement accessible à marée basse. 2 bars sympa accessibles facilement à pied depuis l’hôtel Sakouli. Idéal pour déjeuner. On peut même dormir au l’O’lolo dans une ambiance plus écolodge que le Sakouli.

Enfin, nous retiendrons la plage de Tahiti dans la partie centre-ouest de Mayotte. À marée basse, on peut atteindre la partie publique de la plage à pied depuis l’un de nos hébergements Le Chissaioua (lire paragraphe 9). Idéal au coucher du soleil.

7. Mayotte vue du ciel – Les Ailes Mahoraises

Suis-nous sur YouTube

Profiter de la beauté de Mayotte depuis les airs est juste une expérience incroyable. C’est avec Mathieu, un pilote très expérimenté et passionné de la compagnie des Ailes Mahoraises, que nous nous envolons vers le Paradis dans un petit avion certifié 4 places, un Pierre Robin 1180, cousin du Jodel. Après un briefing sur les conditions météo, le plan de vol et les mesures de sécurité, nous voici prêts pour le décollage depuis l’aérodrome de Petite-Terre.

L’appareil quitte à peine le hangar et les moteurs ronronnent déjà. Nous embarquons par les ailes de l’appareil et mettons tout de suite nos casques sur la tête afin de communiquer pendant le vol.

La piste est libre. Tous les voyants sont au vert. Et nous voilà en train de nous élancer sur la piste de l’aéroport de Mayotte vers une Aventure qui restera à jamais gravée dans nos mémoires. On surplombe au bout de quelques secondes à peine, Petite-Terre, la barrière de corail et un lagon de toute beauté.

Mathieu nous confie qu’il est courant de voir des raies, des dauphins et des baleines depuis les airs. Pas de chance pour nous de ce côté là mais franchement animaux marins en vue ou pas, le spectacle des îlots de sable blanc depuis là-haut est déjà énorme.

Que de claques visuelles ! Nous survolons toutes les beautés de Mayotte dont la Passe en S, le mont Choungui, le lac Dziani, des îlots de rêve et bancs de sable blanc à ne plus savoir où donner de la tête, de sublime plages paradisiaques dont les plages de Moya, …

Une expérience qu’on n’oubliera jamais. En plus, Mathieu maîtrise très bien son avion et on ne peut que lui faire confiance. On s’est même pris quelques G dans la tête en se retrouvant la tête bien en bas pour prendre nos photos et vidéos au-dessus des spots ! C’était sportif, en plus il faisait très chaud ce jour-là et avec les émotions décuplées, autant dire qu’on a perdu quelques litres d’eau pendant le vol. LOL.

Pour toi aussi survoler Mayotte, contacte directement l’aéroclub Les Ailes Mahoraises affilié à la Fédération Française Aéronautique et association « loi 1901 » à but non lucratif soit sur le site internet Les Ailes Mahoraises soit sur leur page Facebook. Parcours et temps de vol complètement personnalisables.

8. Où manger à Mayotte ?

Quelques adresses où manger à Mayotte.

8.1. Où manger sur Petite-Terre à Mayotte ?

Voici 3 adresses testées sur Petite-Terre :

  • Le Mistiq à l’angle des rues du Général De Gaulle et rue du SMIAM à Pamandzi. L’impression de se retrouver dans une guinguette. On y mange simplement et c’est bon.
  • Le Mékong rue du SMIAM à Pamandzi. Si tu veux manger asiatique pour changer. Portions généreuses et délicieuses. Service et cadre sympathique. Poulet sauté au curry à 15,50 € est une réussite. On peut même partager à 2 si on n’est pas des grands mangeurs.
  • Déguster une aile ou une cuisse de poulet face au ponton des pêcheurs à moins que tu ne préfères le poisson. Idéal après avoir pris un verre boulevard des Crabes au bar restaurant de plage, le Faré.
Le Mistiq
Le Mékong
Coucher de soleil à Mayotte
Le Faré à Mayotte : Bar restaurant de plage

Mayotte tourisme (CDTM) recommande aussi Le Rocher, Lapouz Noz, Le Moya, Le Tour du Monde et enfin Le Sympa.

8.2. Où manger sur Grande-Terre à Mayotte ?

Les établissements où nous avons dormi sur Grande-Terre (lire paragraphe 9) possèdent tous un restaurant.

  • Restaurant du Chissioua (centre-ouest de Mayotte)
    Une cuisine de précision aux saveurs locales, de qualité donc, et où les produits sont très bien en avant. On recommande à 100% cette table d’hôtes très conviviale tenue par le chef Hassani pour le salé et Marie pour le sucré. Menu ou à la carte. Aussi salon de thé.
  • Restaurant du Jardin Maoré (centre-ouest de Mayotte)
    On mange les pieds dans le sable ou quasi. Tout est bon et le service est efficace. Un peu plus de sourires et l’expérience serait meilleure.
  • Restaurant de l’hôtel Sakouli (sud-est de Mayotte)
    Situé à l’intérieur de l’hôtel bâti sur un promontoire rocheux qui face au lagon, le restaurant du Sakouli propose des menus qui pourraient être mieux différenciés, ce qui n’enlève rien à la qualité des assiettes. Dîner bien rythmé et efficace pendant notre séjour.

Les restaurants de rue fréquentés par les locaux sont aussi une belle expérience à vivre.

Au menu : Poulet ou poisson. Tous les produits locaux de l’île de Mayotte sont servis ici et cuisinés au feu de bois. On s’installe autour de l’une des tables en bois autour d’une bonne bière ou d’une noix de coco bien fraîche et l’expérience commence. Petits prix, nourriture locale et bonne ambiance généralement.

Mayotte tourisme recommande aussi :
Dans le centre-ouest de l’île :

  • À Combani : JIJI Snack, les Artistes, le gîte du mont Combani ou encore le Tour du Monde.
  • À Sada : Jimawéni Table d’hôtes, Nasso Na Bisson.
  • À Chicouni : La bonne assiette.

Et dans le sud :

  • Le restaurant La Citronnelle à Kani-Kéli – Restaurant traditionnel non loin du jardin Maoré.
  • Le 23 sur la plage de Sakouli
  • Le Zam Zam dans la zone sud-est non loin du Sakouli

9. Où dormir à Mayotte ?

À Mayotte, le nombre de logements se limite à Petite-Terre et Grande-Terre et sont en nombre très limité. Et rien sur la trentaine d’îlots qui entourent les 2 principales îles. Réservez !

9.1. Où dormir sur Petite-Terre ?

Pourquoi dormir sur Petite-Terre ?

Pour prendre le temps d’explorer le lac Dziani ou encore les plages de Moya. Pour tester aussi quelques adresses où manger sans oublier d’aller rencontrer les pêcheurs locaux et pourquoi pas déguster une de leur prise du jour.

Sur Petite-Terre, nous dormons à la Villa Coco. Située à 5 minutes de voiture de l’aéroport international de Mayotte à Pamandzi, cette chambre d’hôtes tenue par Yves et Lisa, un couple de retraités très actifs et très sympathiques, est la première adresse où nous avons dormi sur Mayotte.

On ne va pas te cacher qu’on voulait dès notre arrivée connaître la situation question sécurité sur Petite-Terre et ils ont vraiment su nous répondre et nous rassurer. On a beaucoup apprécié notre rencontre avec eux et encore plus quand on arrive sur ce genre de destination. Il a été très facile d’échanger sur la situation sur l’île, d’avoir des informations et adresses où manger dans les alentours. Les ondes positives sont au rendez-vous à la Villa Coco !

Question capacité d’hébergements, le couple propose 3 chambres doubles et aussi 1 studio. Notre chambre est assez grande, climatisée et possède 2 grands lits confortables. La prestation est simple mais décorée avec goût pour la partie nuit. La salle d’eau avec douche, WC et évier est privative et située au fond de la chambre. Par contre, un peu vieillotte. Ça sera notre seul bémol de cet hébergement.

À la Villa Coco, on profite d’une grande terrasse ombragée où on peut prendre un bon café et se reposer. Un espace où il y a de l’air, ce qui est très appréciable à Mayotte où il fait très vite chaud et humide.

En résumé, la Villa Coco est une adresse à taille humaine où on est accueilli avec le cœur.

  • Tarif chambre double : 65 € nuit sans le petit-déjeuner
  • Le petit-déjeuner est en supplément à 6€/personne. Tu vas te régaler !

9.2. Où dormir sur Grande-Terre ?

Grande-Terre étant beaucoup plus grande que sa petite sœur, nous avons pu tester 3 hébergements.

9.2.1. Écogîte Le Chissioua

Bienvenue chez Marie et Karim au Chissioua situé sur Tahiti plage non loin du village de Sada. Dans un cadre très authentique, les écogîtes du Chissioua qu’on appelle des bangas sont à l’image des hébergements traditionnels mahorais.

Les murs des habitats typiques sont en bambou recouverts de torchis. Le toit est quant à lui en palme. L’intérieur possède un lit double avec moustiquaire, une douche d’eau froide dans la pièce et un petit évier. Les WC sont communs et à part.

Le Chissioua, un hébergement en pleine Nature, au calme et où on dort bien. Que des ondes positives ici.

D’ailleurs les gîtes sont dans un jardin tropical bucolique où il est courant de croiser des makis. Ne laisse donc pas traîner de nourriture. L’extérieur est très accueillant aussi car on est dans un jardin qui a une âme.

Idéal pour se ressourcer, le Chissioua dispose d’une plage exclusive et sauvage, idéale pour profiter d’un magnifique coucher de soleil avec le mont Choungui pour témoin. Il suffit juste de traverser une bananeraie pendant 3 minutes. Pour ceux qui aiment nager, le tombant est totalement préservé et fréquenté uniquement par les résidents des gîtes mais attention à bien choisir ton moment en fonction des horaires de marée. À marée basse, il est très difficile d’atteindre le tombant car il n’y a plus d’eau et on s’enfonce. On peut par contre rejoindre à pied la plage publique de Tahiti toute proche.

Si tu veux t’intéresser à l’art traditionnel, sache que tu trouveras ton bonheur un peu partout au Chissioua et notamment dans l’espace restauration où chaque détail est pensé. On aime les sacs, les lampes, les instruments de musique et autres objets traditionnels complètement intégrés au décor. Si t’es un peu curieux, n’hésite pas à échanger avec Marie et Karim sur l’artisanat local. Ils en savent beaucoup sur la culture mahoraise. Autre passion de Marie, les plantes tropicales. De quoi animer de belles conversations.

On conclut la journée en dînant extrêmement bien à la table d’hôtes tenue par le couple. Une cuisine de précision aux saveurs locales, de qualité donc, et où les produits sont très bien en avant par Karim. Certains produits viennent même du jardin. On recommande à 100% cette table à Mayotte de niveau cuisine bistronomique qui raconte avec le cœur, de vraies histoires. Formule demi-pension à privilégier lors de ton séjour !

Pour te donner une idée du menu de notre dîner :

  • Jus de fruit maison. Mention spéciale au coco-gingembre.
  • Samuza pour l’un et tarte aux poireaux pour l’autre.
  • Poulet coco pour l’un et pour l’autre poisson local (carangue) accompagné d’hanga, sorte de basilic, et bilimbi, un fruit qui pousse sur les arbres et en forme de cornichon. Un repas qui nous donne l’occasion de déguster des saveurs méconnues.
  • Tarte au citron ou tarte aux mangues préparées par Marie. Tout est fait maison et gourmand.

Le restaurant est ouvert tous les midis et uniquement les vendredi et samedi soirs sur réservation.

  • Tarif du dîner : 23€/personne si choix de viande, 25€/personne avec poisson.

Écogîtes Le Chissioua
CCD 5, Tahiti Plage. Route Nationale, Sada 97640, Mayotte
Tél : +262 639 20 24 61 ou +262 639 24 48 69

  • Le Chissioua propose 4 gîtes pour 2 personnes et 1 gite pour 4 personnes.
  • Tarif chambre double : 60€/nuit – 55€/nuit de 3 à 5 nuits – 50€/ nuits à partir de 6 nuits
  • Tarif gîte 4 personnes : 95€/nuit – 90€/nuit de 3 à 5 nuits – 85€/ nuits à partir de 6 nuits
  • Le petit-déjeuner au tarif de 9€/personne est excellent. Pain et viennoiserie.

9.2.2. Écolodge Le Jardin Maoré sur la plage N’gouja

Le Jardin Maoré, c’est l’adresse la plus connue de Mayotte à cause de sa plage paradisiaque N’gouja, sa mer turquoise et ses tortues. On arrive effectivement en plein dans une palmeraie de bord de mer au sable blanc. Un environnement qu’on affectionne particulièrement !

Après un accueil très agréable et professionnel, on nous accompagne à notre lodge. On monte en gamme par rapport aux précédents hébergements. Si on devait te conseiller qu’un seul hébergement sur Mayotte pour profiter de la plage sans te prendre la tête et dans un confort très appréciable, c’est clairement au Jardin Maoré qu’il faut séjourner. Tout le monde nous en parlait depuis notre arrivée sur Mayotte, on a clairement compris pourquoi. Et la capacité d’hébergements reste à taille humaine avec seulement 18 lodges doubles et familiaux.

Hébergement totalement indépendant, notre lodge se compose d’une terrasse avec vue sur la mer, d’une chambre spacieuse climatisée avec un lit King size et derrière 2 lavabos, une douche à l’italienne et des toilettes séparées.

On est carrément au top et on ne tardera d’ailleurs pas à aller nager avec les tortues juste en face du lodge après s’être installés. Incroyable d’en voir 3 en 20 minutes à peine dans l’eau !

Une petite balade sur la plage et déjà première rencontre avec les makis résidents de l’Écolodge.

On aime déjà cette adresse. Et en plus, le jardin Maoré propose aussi un centre de plongée, des massages, du kayak et la location gratuite de masques, tubas et palmes. Le tombant situé juste devant l’établissement est juste magnifique. Il y a même l’épave du voilier d’un allemand qui a vu son embarcation coulée suite au dernier cyclone en 1984 à découvrir pour les fans d’apnée. La baie de N’gouja est en tout cas idéale pour la baignade pour tous avec très peu de fond surtout à marée basse.

L’hôtel sensibilise très bien à la protection de l’environnement et aux comportements à adopter envers les animaux dans des brochures disponibles en chambre. Les tortues tout comme les makis sont des animaux protégés et sauvages. On ne les touche pas. On ne les nourrit pas. Si tu souhaites voir des tortues sur la plage, tente plutôt ta chance en fin de journée et la nuit. Pas de lampe lors de l’exploration et jamais de déchets dans la Nature. Merci pour Elle.

Mise en garde de l’établissement : Ne pas se balader en dehors du resort sur la gauche de la plage quand on est face à la mer car on peut y faire de mauvaises rencontres. Plus globalement, ne rien laisser sans surveillance sur la plage qui reste accessible à tous à Mayotte comme partout en France.

Côté restauration, le petit-déjeuner est bon mais les produits locaux pourraient être mis davantage en avant. Déjeuner et dîner très bien. Large choix de viandes et poissons. Le service est efficace mais pourrait être plus souriant.

Notre menu un soir à 35€/personne :

  • Salade de gésiers de canards confits déglacés au vinaigre de cidre OU Salade de queues de crevettes en croûte de Serrano (notre choix)
  • Cuisse de lapin aux olives avec pâtes au pesto OU Pavé d’espadon aux parfums d’ylang-ylang et sa suée de papaye verte accompagné de soja au poivre vert (notre choix)
  • Fondant glacé au chocolat ou crème caramel (notre choix)

Écolodge Le Jardin Maoré (lien vers booking pour comparer)
Plage N’gouja Kani Keli, BP636, Chirongui 97620, Mayotte
Tél : +262 269 60 14 19

  • Tarif chambre double sans petit-déjeuner : À partir de 84€/nuit pour un bungalow standard
  • Petit-déjeuner : 16€/adulte et 8€/enfant
  • Formules demi-pension et pension complète possibles

9.2.3. Hôtel Le Sakouli à Bandrélé

Le Sakouli se situe sur la commune de Bandrélé dans le sud-est de Mayotte. Alors entre Le Sakouli et nous, il y a comme une histoire d’inachevé. Même si on y a passé du bon temps, on a du quitté précipitamment les lieux avec quelques heures d’avance pour cause de vol avancé vers Saint-Denis de La Réunion, notre prochaine étape. Mais avant ce départ précipité vers l’aéroport de Mayotte, nous avons passé 2 bonnes nuits au Sakouli.

Cet établissement possède des studios et appartements avec vue sur la baie de Bandrélé et notamment l’îlot qui lui fait face et que nous avons atteint en kayak depuis la plage se situant en contrebas. Par contre, même pas le temps de tester la piscine à débordement de l’hôtel. Et ce n’est pas une blague !

Notre habitat possède une terrasse avec un panorama fleuri. On se souviendra longtemps de nos longues minutes à observer la mer mais aussi le ciel et ses roussettes en fin de journée. Ces chauves-souris géantes caractéristiques de Mayotte si difficile à prendre en photo en plein vol.

Sinon l’intérieur est spacieux avec espace nuit avec un lit double confortable et un petit-bureau . On apprécie l’espace canapé avec table basse. La salle d’eau attenante est grande, propre et fonctionnelle entre la baignoire, l’évier et les toilettes mais un peu vieillotte.

Enfin, côté restauration, on s’est totalement perdu entre les différents menus et formules que propose l’établissement donc on espère que tu t’y retrouveras mieux que nous ! Sinon, l’essentiel est de profiter d’un dîner bien rythmé et aux saveurs qui donnent du bonheur aux papilles. On retiendra le pavé d’espadon mi-cuit au beurre citronné et risotto crémeux et la pièce de bœuf grillé.

Le petit-déjeuner quant à lui se présente sous forme d’un buffet à volonté et se prend en terrasse au bord de la piscine. De qualité correcte, il n’y a pas de mise en avant des produits locaux. C’est dommage. Les tables tardent à être débarrassées ce qui implique la prolifération de mouches ce qui peut rendre le réveil désagréable. Quant à la musique, moins forte, permettrait à chacun de se réveiller à son rythme.

Hôtel Le Sakouli
Plage de sakouli, 97660, Mayotte
Tél : +262 269 60 63 63

  • Tarif chambre double sans petit-déjeuner : 135€/nuit en moyenne
  • Petit-déjeuner : 16€/adulte et 8€/enfant

En conclusion de ce billet de blog sur notre premier voyage à Mayotte,

Mayotte, une destination paradisiaque et nature entre Terre et Mer.

Entre son lagon habité de dauphins très joueurs que l’on peut rencontrer en excursion en bateau et des tortues qui viennent nager avec toi dès que tu mets les pieds dans l’eau, on est vraiment dans un paradis. En plus, les plages de Mayotte sont aussi des plages de ponte. Une expérience unique à laquelle nous n’avons pas eu la chance d’assister mais le spectacle est parait-il mémorable.

Côté faune terrestre, on n’oublie pas les très joueurs lémuriens qui se déplacent en colonie et qu’on appelle les makis. Ils t’accompagneront sans aucun doute sur une bonne partie du voyage.

Côté Nature à Mayotte, on est servi aussi côté flore. Avec un climat tropical maritime, le département abrite beaucoup de plantes tropicales. L’occasion de s’intéresser à différentes cultures comme celle de l’envoûtante ylang-ylang, « la fleur des fleurs » comme on dit ici et dont l’essence est utilisée en parfumerie. Et si on aime randonner, l’ascension du mont Choungui ne laissera personne indifférent tant la beauté du panorama sur le tout Mayotte une fois en haut est magique.

Mayotte, une destination de rêve à la culture singulière.

La singularité de Mayotte est liée à son histoire et à sa culture si proche de l’Afrique. Parmi les traditions de l’île, le maquillage et les tenues colorés des femmes sont essentielles. Chaque motif, couleur, matière a un sens et un rôle bien définis. En résumé, voyager à Mayotte, c’est aussi partir à la rencontre d’une culture singulière.

Enfin, un séjour sur l’île est l’occasion de tester la nourriture locale basée sur des produits forcément frais et parfumés soit chez l’habitant au fil des rencontres, soit dans les restaurants de bord de route ou encore dans les restaurants des hôtels. Poisson et poulet sont toujours à l’honneur à Mayotte.

Mayotte met nos sens en éveil.
Voilà pourquoi on aime Mayotte.
Alors tenté par un voyage à Mayotte ?

Voyager à l’île de la Réunion

Destination de rêve : L’île Maurice

Tous nos conseils pour venir et circuler sur les îles Vanille

Nos autres voyages sur des îles de rêve

Tu peux nous rejoindre sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Instagram où nous partageons nos voyages en direct. En vidéo, c’est aussi sur YouTube. Pour ne rien perdre de notre actualité, inscris-toi à notre newsletter. Et si tu as des questions relatives à ce billet de blog voyage, on se retrouve ci-dessous dans la barre de commentaires et aussi sur notre forum Facebook.

Ce voyage a été réalisé en collaboration avec Air Austral, BSP Auto, le CDTM, ses succursales Tourisme Petite-Terre, Tourisme Centre-Ouest et le CCSud, ainsi que le Groupe Expression dans le cadre d’un projet que nous avons initié afin de mettre en avant les îles Vanille. Nos propos n’engagent que nous dans cet article et nos différents contenus et reflètent nos expériences de voyageurs en toute honnêteté.

Tags

Franck et Richard

Nous sommes Franck et Richard, les auteurs de ce blog voyage. Nous voyageons autour du monde et partageons ici nos expériences de voyageurs indépendants. Préparez vos vacances et évadez-vous toute l'année avec nos carnets de voyages, conseils aux voyageurs et vidéos de voyages. Explorez le monde avec nous !

Un commentaire

  1. Wooow, c’est merveilleux ce que vous avez partager avec nous, effectivement nous explorons le monde via votre blog, photos et informations sont nickels, bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer